S’appuyant sur l’héritage pédagogique de l’Institut d’Études Théologiques, le pôle de formation chrétienne veut aider les contemporains, de tous âges et de toutes situations, à grandir dans l’intelligence de la foi. L’équipe d’enseignants est composée de jésuites, de prêtres de l’Archidiocèse de Malines-Bruxelles et de laïcs venus en partie de l’IET. Plusieurs propositions sont offertes, allant de conférences du soir à un programme d’une dizaine d’heures par semaine. Le programme complet a une durée de quatre semestres. Selon votre disponibilité, vous aurez la possibilité de vous inscrire de manière globale à l’ensemble de la formation ou par modules séparés.

blank

Programme du premier semestre 2020-2021

Cours proposés en présentiel.
En fonction de l’évolution du Covid-19,
nos cours pourraient être dispensés en vidéoconférences,
aux horaires annoncés.

N’oubliez pas de vous inscrire !

blank

Blank

LA PAROLE EN PARABOLES
Cours par Philippe Wargnies sj

Les lundis de 10h15 à 11h15 :
Du 21 septembre au 14 décembre
Sauf le 2 novembre

Le langage parabolique est connu du Premier Testament. Mais Jésus en intensifie l’usage, avec une profondeur inégalée. Les évangiles synoptiques (Mt, Mc et Lc) nous en offrent beaucoup, d’une riche variété : isolées ou enfilées comme les perles d’un collier ; brèves ou déployées ; plus ou moins surprenantes ; partant de réalités pastorales, agricoles ou domestiques ; engageant des figures féminines ou masculines ; initiant aux « mystères du Royaume des cieux » ou reliées à un contexte évangélique précis…

Non content d’énoncer des paraboles et d’en dégager le sens pour ses disciples, Jésus s’explique sur la raison d’être du langage parabolique, en sa portée et ses exigences pour ceux qui l’écoutent : « Qui a des oreilles, qu’il entende ! » La première des paraboles illustre la réception plus ou moins fructueuse de la parole semée largement : invitation aux dispositions requises pour accueillir toute parole de Jésus, parabolique ou non.

Après un aperçu d’ensemble, nous approfondirons un certain nombre de paraboles pour mieux nous en laisser interpeller. Nous découvrirons des élaborations fines, des thématiques plus marquées chez tel ou tel évangéliste, des regroupements suggestifs. Le langage parabolique s’y prêtant, nous apprécierons ses échos dans quelques contrepoints picturaux ou chantés. Concrètes, les paraboles donnent à entendre, voir, goûter et sentir ; mais aussi à réfléchir, comprendre et prier.

blank

L’INSOUTENABLE LÉGÈRETÉ DE L’HOMME
Cours d’anthropologie par Bernard Pottier sj

Les lundis de 18h30 à 19h30 :
Du 21 septembre au 14 décembre
Sauf le 2 novembre

En douze leçons, nous parcourrons sept facettes, de plus en plus personnalisantes, de l’être humain :
1) corps sexué,
2) libre
3) et parlant,
4) il vit en société
5) dans une portion de temps historique,
6) qui le mène inexorablement à la mort,
7) ou peut-être gracieusement vers Dieu.

blank

blank

GENÈSE (ch. 1-9) : DES CLÉS DE CROISSANCE HUMAINE… VERS PLUS DE VIE ET DE LIBERTÉ
Bénédicte Nolet, théologienne bibliste, certifiée en coaching
Catherine Proot, psychothérapeute
Bernard Pottier, théologien, directeur du Forum Saint-Michel

Les mardis de 20h à 22h :
Du 20 octobre
Au 1er décembre
Sauf le 3 novembre

Les récits bibliques nous exposent les enjeux de nos vies humaines et nous invitent à une mise en route, un chemin d’ajustement et de croissance. Par ailleurs, des outils de développement contemporains peuvent nous servir de bâtons de pèlerin. C’est à partir de ces deux champs de recherche que nous vous proposons un parcours de découverte articulant exposés et propositions de développement personnel.

Au programme :

  1. Qu’est-ce que l’humain ?
    Anthropologie Biblique selon le livre de la Genèse (ch. 1-3)
    Le développement de la personne tel que décrit par Carl Rogers
  2. Pouvoir, autorité et vulnérabilité
    Le drame de Caïn (Genèse ch. 4)
    Clés de lecture de nos positionnements dans la relation à autrui
  3. Acceptation et engagement
    Déluge et nouvelle alliance (Genèse ch. 6-9)
    Quête de sens et résilience selon Victor Frankl

blank

LE CŒUR DE JÉSUS
Dévotion périmée ou actualité brûlante de l’amour divin ?
Cours par l’abbé Benoît de Baenst

Les mardis de 20h30 à 22h
8 et 15 décembre 2020
5 et 12 janvier 2021

Ce petit cours de 4 soirées se propose de montrer combien le cœur de Jésus n’est pas une dévotion parmi d’autres mais la synthèse de la foi chrétienne. En abordant à grands pas les aspects essentiels de l’Écriture sainte, de la Tradition de l’Église et du Magistère, il dévoilera combien sous l’impression poussiéreuse qui peut y être attachée se trouve un trésor d’une actualité brûlante. Ce symbole réel et vivant qui, à tort, a été réduit à une sentiment doloriste résume en réalité l’essentiel de la vie chrétienne. Il manifeste ce que les chrétiens ne cessent d’exprimer de multiples manières à la suite de l’épitre de Jean, à savoir que « Dieu est amour » (Jn 4,16). Il révèle humblement, comme le dit Pie XII, que « le mystère de l’amour divin [est] comme le principe et le sommet de l’incarnation et de la résurrection » (HA 22).

blank

UN TRÉPIED POUR LA MORALE
Cours par l’abbé Jean-François Grégoire

COURS ANNULÉ

COURS ANNULÉ

blank
blank

Les jeudis d’éthique publique
Voir notre page dédiée.

blank
blank
blank

HÉBREU
Cours de langue par Mme Anne-Françoise Loiseau
3 niveaux disponibles : débutant, confirmé, expert
Début des cours la semaine du 21 septembre, horaire à déterminer
Merci de vous annoncer à l’enseignante : afloiseaumottet@hotmail.be

blank
blank

SÉMINAIRES
Groupes interactifs
4 ou 5 samedis de 9h à 12h

blank

Séminaire 1 :
JOB CONTRE EL SHADDAÏ – SEUL DANS LA SOUFFRANCE ?
Bernard Pottier, Bénédicte Nolet

19 et 26 septembre
3 et 10 octobre

Par deux fois, le malheur atteignit Job. La première fois, il bénit le Seigneur ; la seconde fois, il n’y arrive plus. Trois amis compatissants viennent le consoler, mais au bout du compte, ils l’accablent plus encore. Un quatrième surgit (chap. 32) et veut justifier Dieu à son tour, lorsque Dieu lui-même prend la parole (chap. 38) et conduit Job à une nouvelle profession de foi (chap. 42). Sur quoi Dieu le rétablit dans sa fortune antérieure.

Quel est ce Dieu qui tolère la souffrance du Juste ? Le connaissons-nous ? Est-ce bien celui que nous croyons ?

À travers la lecture de quelques chapitres (1-3 ; 16-19 ; 33-34 ; extraits de 38-42), nous tâcherons de décrypter ce récit dont il existe certaines versions extrabibliques, et qui anticipe, avec le Serviteur d’Isaïe, la figure du Christ.

blank

Séminaire 2 :
LA SURPRISE DU VERBE-ENFANT
Évangile selon saint Luc, 1-2
Philippe Wargnies, Pierre Piret

17 et 24 octobre
7, 14 et 21 novembre

Le troisième évangile comporte bien des passages qui lui sont propres. Parmi ceux-ci, ses deux premiers chapitres, consacrés à la venue au monde et à l’enfance de Jésus. Après un bref mais dense prologue (Lc 1,1-4), Luc nous mène du Temple au Temple : de l’annonce à Zacharie à l’épisode de Jésus à douze ans.

Ces débuts, autour des naissances du précurseur et du Sauveur, sont rythmés des annonces à Zacharie, à Marie, aux bergers ; de leurs premiers accomplissements et de Cantiques (Magnificat, Benedictus, Nunc Dimittis, chant des Anges) riches d’arrière-fonds bibliques. L’Esprit-Saint y est à l’œuvre. Il délie les langues au fil de surprises, finalement sources de joie.

Dieu réalise ses promesses de manière inattendue : la fécondité d’un couple âgé ; une modeste vierge qui conçoit et enfante le Fils de Dieu ; le Très-Haut dans une mangeoire, offert à la contemplation d’humbles bergers. Mais aussi l’épisode où surgit la voix du Verbe-Enfant, dont l’étonnement étonne ses parents : « Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être aux choses de mon Père ? » Là, point de Cantique, mais le silence du cœur.

Après une introduction générale, nous parcourrons ces deux chapitres au gré, chaque fois, d’exposés de professeurs, de temps de lecture par groupes et de débats d’ensemble.

blank

Séminaire 3 :
EUCHARISTIE : QUELLE SORTE DE PRÉSENCE ?
Pierre Piret, Florence Verbrûgghen, Isabelle Prost
28 novembre
5, 12 et 19 décembre

La pandémie et les mesures sanitaires qu’elle entraîne, bouleversent et mettent à l’épreuve nos comportements sociaux habituels – notamment la pratique chrétienne de l’Eucharistie. Voici les célébrations de la Messe interdites, restreintes, disponibles par vidéo ? Ces différentes conduites ont suscité des questionnements, animé des opinions, qu’il convient de recueillir et d’approfondir en les partageant. C’est le rôle, la pédagogie, d’un séminaire ; c’est le sujet de celui qui est consacré à l’Eucharistie.

Ce séminaire était inscrit au programme du second semestre de l’an dernier, mais il dut être abandonné. Cela convenait qu’il soit à nouveau proposé au premier semestre de cette année. Les lignes qui suivent retranscrivent sa présentation d’origine, déjà communiquée. Celle-ci demeure susceptible de soutenir notre démarche dans ses requêtes actuelles.

L’Eucharistie, ce qu’elle signifie, ce qu’elle effectue lorsqu’elle est célébrée – c’est le sujet de séminaire. Une interpellation de l’apôtre Paul peut nous y introduire : « La coupe de bénédiction que nous bénissons n’est-elle pas communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons n’est-il pas communion au corps du Christ ? Puisqu’il n’y a qu’un pain, nous ne formons qu’un corps, car tous nous avons part à ce pain unique » (1 Co 10,16-17).

Quatre séances, quatre thèmes distincts et complémentaires. Le 28 novembre : les récits de l’institution de l’Eucharistie par le Christ Jésus à la dernière Cène (Évangiles, 1 Co 11,23-29). Le 5 décembre : l’ordonnance que suivent les prières eucharistiques de l’Antiquité chrétienne et du Missel romain actuel. Le 12 décembre : en perspective œcuménique, la réflexion théologique menée dans l’Église, au cours de l’histoire, sur la spécificité de l’Eucharistie. Le 19 décembre : quelque texte récent sur l’apport de l’Eucharistie aux attentes d’aujourd’hui (écologie intégrale, relations humaines, communion avec Dieu).

Chaque matinée des quatre samedis se compose de deux parties. De 9h à 10h30, après une brève introduction commune, lecture en sous-groupes des textes prévus. De 10h45 à 12h15 : dans le groupe, exposé de professeur(e), suivi d’un débat sur l’ensemble de la réunion.

blank

Inscrivez-vous ici !